Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Très haut débit : inexorable déclin de l’ADSL face à la fibre optique
09/02/2007, 13:22 (Ce message a été modifié le : 09/02/2007 13:24 par Bronco.)
Message : #1
Très haut débit : inexorable déclin de l’ADSL face à la fibre optique
Selon une étude du cabinet Sia Conseil, "le marché de l’ADSL en France va connaître son déclin dès 2010". Cet affaiblissement sera directement provoqué par le déploiement de réseaux en fibre optique. Dès cette année, la part des accès internet liés à cette technologie atteindra 3 % du marché, 10 % en 2009 et 37 % en 2012, soit 5 millions de foyers, à comparer aux 4 millions de « foyers FTTH » que vise le ministère de l’Industrie.

Plusieurs raisons expliquent cette accélération du très haut débit optique selon Sia Conseil. D’abord la volonté des pouvoirs publics de faciliter son intégration par une politique d’aménagement du territoire, qui prévoit notamment une forte implication des collectivités locales.

Ensuite, le passage au THDO est un moyen pour les opérateurs de se différencier sur le marché et d’attirer les abonnés des concurrents. "Proposer le très haut débit sera un avantage concurrentiel important pour recruter de nombreux clients d’opérateurs qui n’auront pas l’infrastructure nécessaire pour proposer des services équivalents" souligne l’étude.

Autre « facteur structurant » : les tarifs ne seront pas régulés au contraire de l’ADSL. Du coup, la fibre optique doit permettre aux opérateurs d’accroître le revenu moyen par utilisateur (Arpu). Le cabinet estime que l’Arpu d’un abonné au THD sera compris entre 45 et 65 euros suivant l’opérateur, soit de 10 à 15 euros de plus qu’aujourd’hui.

Conséquence du développement du très haut débit, le cabinet prévoit une restructuration du secteur accompagnée par une baisse sensible des offres ADSL et par un inévitable regroupement des acteurs. Dans ce scénario, l’ADSL commencera dès 2010 son déclin au profit du THD. Selon cette étude il ressort clairement de cette analyse que « Le marché sera donc tiré par l’offre et la capacité des opérateurs à créer les services de demain. »

Parmi ceux-ci, de nombreuses pistes sont à explorer : la télévision haute définition, la vidéo à la demande, les mondes virtuels 3D, la visioconférence et le peer-to-peer, sont autant d’applications qui exploiteront pleinement les potentialités du THDO atteignant les 100 mégabits symétriques par seconde. La France pourrait donc se placer dans le trio de tête mondial avec le Japon et la Corée, et rattraper ainsi son retard sur certains pays européens comme la Suède et l’Italie, conclut l’étude.

Source

[Image: Mozilla-Firefox-icon.png] [Image: attachment.php?aid=313]  [Image: Mozilla-Thunderbird-icon.png]
"In a world without walls and fences, who needs windows and gates ?"
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
09/02/2007, 13:22 (Ce message a été modifié le : 09/02/2007 13:25 par Bronco.)
Message : #2
Très haut débit : inexorable déclin de l’ADSL face à la fibre optique
L'Internet très haut débit s'envole au détriment de l'ADSL

La France comptera plus 5 millions d'abonnés très haut débit en 2012

Selon une étude du cabinet Sia Conseil publiée aujourd'hui, l'accès internet à très haut débit par fibre optique devrait compter plus de 5 millions d'abonnés en France en 2012. Cette montée en puissance se fera au dépend de l'ADSL qui compte aujourd'hui 11,5 millions d'abonnés et devrait décliner dès 2010.

Dans cette étude baptisée "le très haut débit redistribue les cartes de l'internet", Sia Conseil prévoit parallèlement une nouvelle consolidation du marché "avec la disparition de deux fournisseurs d'accès internet". Ainsi Club-Internet et Alice, acteurs de moindre importance, pourraient faire dès 2007 les frais de cette consolidation du marché qui se regroupera autour des principaux fournisseurs actuels que sont France Télécom (Orange), Free, Neuf Cegetel et les câblo-opérateurs.

Les habitudes de consommation nécessitant de plus en plus de bande passante (ou débit) ainsi qu'une garantie de qualité de service que seule, actuellement, la fibre optique est en mesure d'offrir, figurent parmi les principales raisons qui feront décoller cette technologie. Ces avantages ainsi que les nouveaux services qui pourront être proposés, comme le cinéma haute définition, la vidéo à la demande et les services "peer to peer", permettront d'augmenter la facture par abonné entre 10 et 15 euros par mois, soit un total de 45 à 65 euros suivant l'opérateur.

La position de Free qui a annoncé il y a quelques mois un milliard d'euros d'investissements d'ici 2012 pour développer son réseau de fibre optique sans par ailleurs modifier son prix de 29,90 euros "n'est guère tenable", selon le cabinet. "Cette gratuité de façade sera compensée par des coûts cachés comme l'installation, la facturation du boitier, la durée d'engagement, les coûts de résiliation et autres, prévoit Sia Conseil, qui reconnaît que "la tarification agressive de Free sera une nouvelle fois un des déclencheurs de l'adoption précoce de cette technologie".

Source

[Image: Mozilla-Firefox-icon.png] [Image: attachment.php?aid=313]  [Image: Mozilla-Thunderbird-icon.png]
"In a world without walls and fences, who needs windows and gates ?"
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
09/02/2007, 13:22 (Ce message a été modifié le : 09/02/2007 13:24 par Bronco.)
Message : #3
Très haut débit : inexorable déclin de l’ADSL face à la fibre optique
Très haut débit: quel avenir pour l'ADSL face à la fibre optique?

Technologie - Face aux 100 mégabits de débit par seconde promis par la fibre optique, l’ADSL devrait perdre de son intérêt auprès des consommateurs. Selon le cabinet Sia Conseil, l'arrivée du très haut débit en France entraînerait même son déclin d'ici à trois ans.

«Le marché de l'ADSL en France va connaître son déclin dès 2010». Telle est la prévision du cabinet Sia Conseil qui impute cet affaiblissement au déploiement de réseaux en fibre optique.

Dès cette année, la part des accès internet liés à cette technologie atteindra 3% du marché, 10% en 2009 et 37% en 2012, selon une étude du cabinet. Dans quatre ans, le nombre d'abonnés devrait se chiffer à 5 millions.

Parmi les principales raisons du démarrage rapide de la fibre optique en France, Sia Conseil souligne la volonté des pouvoirs publics de faciliter son intégration par une politique d'aménagement du territoire, qui prévoit notamment une forte implication des collectivités locales. Bercy a fixé l'objectif de quatre millions de foyers connectés au très haut débit d'ici à 2012.

Autre «facteur structurant»: les tarifs ne seront pas régulés au contraire de l'ADSL. Du coup, la fibre optique doit permettre aux opérateurs d'accroître le revenu moyen par utilisateur (Arpu). «C'est le moyen d'augmenter les tarifs d'un abonnement du fait d'une meilleure qualité de service et de proposer des services adjacents», selon Stéphane Dubreuil, directeur télécoms & médias chez Sia Conseil.

Le cabinet estime que l'Arpu d'un abonné au THD sera compris entre 45 et 65 euros suivant l'opérateur, soit de 10 à 15 euros de plus qu'aujourd'hui. «Bien que Free ait pour des raisons stratégiques annoncé le maintien des tarifs actuels (29,90 euros), cette position ne semble guère tenable tant le niveau d'investissement est fort, soit 1 milliard  d'ici 2012 pour Free», souligne l'étude.

Deux fournisseurs d'accès en moins


Conséquence du développement du très haut débit, le cabinet table sur une restructuration du secteur. Pour garder un attrait vis-à-vis de la fibre, les offres ADSL verront leur prix baisser. «Cette nouvelle guerre des prix pèsera de manière significative sur les marges des acteurs entraînant une consolidation du secteur et réduisant de six à quatre le nombre d'acteurs FAI en France.»

Seuls les plus gros survivront. «Les acteurs n'ayant pas atteint la taille critique nécessaire ne pourront résister sur un marché arrivé à saturation et commençant son déclin au profit du THD.»

Paradoxe de cette course, «les opérateurs n'ont pas clairement identifié à ce stade des besoins clients et une nécessité réelle», souligne Sia Conseil. «Le marché sera donc tiré par l'offre et la capacité des opérateurs à créer les services de demain.»

De nombreuses pistes sont à explorer: la télévision haute définition, la vidéo à la demande, les mondes virtuels 3D, la visioconférence et le peer-to-peer (échange entre particuliers), sont autant d'applications qui tireront parti de débits atteignant les 100 mégabits par seconde.

La France se place dans le trio de tête mondial avec le Japon et la Corée, précurseurs dans le déploiement de cette technologie, et rattrape ainsi son retard sur certains pays européens comme la Suède, l'Italie, conclut l'étude.

Source

[Image: Mozilla-Firefox-icon.png] [Image: attachment.php?aid=313]  [Image: Mozilla-Thunderbird-icon.png]
"In a world without walls and fences, who needs windows and gates ?"
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
09/02/2007, 13:22 (Ce message a été modifié le : 09/02/2007 13:27 par Bronco.)
Message : #4
Très haut débit : inexorable déclin de l’ADSL face à la fibre optique
Très haut débit : surtout ne pas sous-estimer l'avantage concurrentiel

Selon le cabinet en management Sia Conseil, une explosion plus rapide du très haut débit signera plus tôt le déclin de l'ADSL en France.

Le très haut débit (THD) avec la fibre optique connaîtra-t-il la même progression fulgurante en France que le haut débit avec l'ADSL? Le cabinet d'études Sia Conseil , qui publie régulièrement des études et des éclairages sur les sujets des nouvelles technologies et des technologies de l’information, en est convaincu. Et ses prévisions dépassent probablement les espérances des opérateurs qui se lancent dans la course de la fibre optique : Orange, Free et Neuf Cegetel à l'échelle nationale, Erenis sur Paris.

Selon le cabinet en management Sia Conseil, le taux de pénétration du THD en France atteindra les 37 % en 2012. Soit cinq millions d'abonnés qui bénéficieront de connexions Internet à plusieurs dizaines de mégabits par seconde (Sia considère le THD comme les bandes passantes comprises entre 25 et 200 Mbit/s). A comparer aux 4 millions de foyers raccordés en fibre optique à la même échéance que vise le ministère de l'Industrie.

La prévision de Sia Conseils reste néanmoins inférieure aux ambitions jugées démesurées du câblo-opérateur Noos/Numéricâble, qui vise les 9 millions de foyers raccordables en THD pour la fin 2009.

Un avantage concurrentiel important

Plusieurs conjonctures expliquent cette ruée attendue vers le très haut débit, selon le cabinet d'analyses. D'abord, l'occasion pour les opérateurs de se différencier sur le marché et d'attirer les abonnés des concurrents. " Proposer le très haut débit sera un avantage concurrentiel important pour recruter de nombreux clients d’opérateurs qui n’auront pas l’infrastructure nécessaire pour proposer des services équivalents", écrit Stéphane Dubreuil, Directeur Télécoms & Médias de Sia Conseil. Ensuite, la course au déploiement du réseau pour ne pas se laisser distancer par la parc installé du câble dont la mise à jour de l'infrastructure nécessite beaucoup moins d'investissements que pour les opérateurs de télécommunication.

D'ailleurs, les opérateurs qui investiront les premiers immeubles et quartiers "profiteront [...] d’un monopole temporaire local en THD et risquent fortement de faire ‘résilier’ des clients d’opérateurs concurrents ". La perspective de mutualisation des infrastructures ainsi installées donneront lieu à des rentes liées aux "droits de passage" accordés aux concurrents. "Le nombre d’immeubles câblés déterminera le rapport de force entre les acteurs dans les négociations futurs", souligne Stéphane Dubreuil. Une situation qui restera d'autant plus profitable que le marché ne sera pas réglementé dans un premier temps.

Un revenu par abonné regonflé

Enfin, l'espoir d'un revenu par utilisateur (ARPU) regonflé devrait inciter les opérateurs à proposer le plus rapidement possible des services de contenus adaptés au THD. Cinéma haute définition, vidéo à la demande, services peer to peer, mondes virtuels, e-learning, soins à distance... le revenu par abonné pour l'opérateur augmentera de 10 à 15 euros, estime le cabinet d'études.

Dans ce cadre, l'analyste voit mal comment Free pourrait conserver son tarif annoncé de 29,99 euros par mois pour le service fibre optique. "Cette position ne semble guère tenable tant le niveau d’investissement est fort (1 milliard d'euros d’ici 2012) et la destruction de valeur importante. Cette gratuité de façade sera compensée par des coûts cachés : installation, facturation de la box THD, durée d’engagement, coûts de résiliation et autres. " Mais "la tarification agressive de Free sera une nouvelle fois un des déclencheurs de l’adoption précoce de cette technologie."

L'explosion du THD signera en toute logique le déclin de l'ADSL qui pourrait démarrer à partir de 2010, selon Sia Conseil. Déclin qui entraînera une nouvelle guerre des prix pour les acteurs purement ADSL laquelle pèsera sur les marges des acteurs. Une situation qui risque d'être intenable pour certains et entraînera à son tour une reconsolidation du secteur. Sia Conseil prévoit un rétrécissement de six à quatre opérateurs/FAI en France. Orange, Free, Neuf Cegetel et Noos/Numéricâble? Le cabinet d'analyse se garde bien entendu de toute annonce en ce sens, mais à moins d'un revirement inattendu, la situation actuelle du marché laisse peu de place au doute.

Source

[Image: Mozilla-Firefox-icon.png] [Image: attachment.php?aid=313]  [Image: Mozilla-Thunderbird-icon.png]
"In a world without walls and fences, who needs windows and gates ?"
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 


Aller à :


Utilisateur(s) parcourant cette discussion :
ContactLeFreenauteRetourner en hautRetourner au contenuVersion bas-débit (Archivé)Syndication RSS